CBC et d’autres unissent leurs forces pour interdire la diffusion en continu et le torrent au Canada

Amateurs canadiens de sites de torrent, nous’désolé - le pays’Les industries de la communication et du divertissement se sont unies pour bloquer les sites Web torrentiels. La coalition, connue sous le nom de Fair Play Canada, recherche une agence indépendante d'examen du piratage pour trouver et bloquer les sites de torrent - et avertir les utilisateurs précédents de leurs infractions passées. Cela pourrait-il signifier la fin du torrent au Canada?


Il’s votre tour, Canada - cette semaine, la bataille pour la neutralité du net a tourné vers le nord,’s se sont retrouvés au premier rang de la rangée entourant le torrent et le streaming en ligne.

Canada’Les plus grandes sociétés de communication, dont BCE Inc., Rogers Communications Inc. et Quebecor Inc., ont déposé une demande auprès des commissions de la radio et des télécommunications canadiennes (CRTC), leur demandant de prendre des mesures pour bloquer les sites de torrent illégaux.

La coalition, connue sous le nom de Fair Play Canada, soutient que les sites de torrent volent illégalement du contenu - et que cela nuit au Canada’s les industries du divertissement et de la culture à hauteur de 55 milliards de dollars et 630 000 emplois.

Dans cet article

Quoi’s Tout le monde à propos?

Les Canadiens ont regardé avec lassitude leur voisin du sud voter pour abroger la neutralité du net en décembre dernier -
et la lutte continue pour le rétablir. Après tout, on estime que plus d'un million de Canadiens possèdent des boîtiers Android (légaux), ce qui leur permet d'accéder gratuitement à la télévision torrentielle.

Certains peuvent considérer cela comme une voie à sens unique vers la censure d'Internet, et pour une bonne raison: après que le Royaume-Uni ait choisi de mettre en œuvre une interdiction des sites de torrent en 2012, il a fallu moins d'un an avant que les filtres des FAI ne commencent à bloquer les sites pornographiques - aux côtés de sites détaillant sites de pratiques sexuelles sécuritaires et de soutien aux abus domestiques.

Quoi’s Juridique et quoi’s Pas?

Même si Netflix continue d'être populaire au Canada (avec environ 6 millions d'abonnés signalés), les revenus des abonnements à la télévision diminuent considérablement alors que de plus en plus de Canadiens se tournent vers le coupe-cordon - quelque 200 000 ménages par an.

Oui, près de la moitié des Canadiens ont envisagé de couper le cordon (en 2016) - le double du taux observé en 2012. Ce qui ne fait que montrer, ils sont un groupe sérieux lorsqu'il s'agit de diffuser du contenu numérique en ligne, avec un grand nombre de services de diffusion en continu sur l'offre à choisir.

Bar Netflix, une grande partie de leurs services de streaming directement depuis Amazon Prime Video et Crave. Mais il existe également plus de services de niche, y compris OUTtvGO, Sundance Now et Mubi pour n'en nommer que quelques-uns. Bien que tous ces services soient légaux et ne devraient pas’t être affecté par la nouvelle interdiction proposée - ce sont les sites de streaming légalement douteux qui seront frappés de plein fouet. Il s'agit notamment de Putlocker, WatchSeries, WatchTV, Kodi et Popcorn Time, entre autres

Donc pour tous ceux qui’t payer pour les services de streaming légaux et sont habitués au streaming à partir de ces sites ainsi qu'au téléchargement de torrents depuis des endroits comme The Pirate Bay - nous’as-tu peur’Je serai le plus touché et devrez peut-être trouver d'autres façons d'obtenir votre dose quotidienne de télévision.

La mort de la neutralité du Net au Canada?

Tandis que là’s un soutien substantiel à la législation proposée dans l'industrie du divertissement, les méthodes actuelles de sa mise en œuvre ont fait peur dans le cœur des libertaires. Ils soutiennent qu'il est impossible pour les fournisseurs de services Internet de traiter tous les contenus de manière égale, alors que les membres les plus éminents de la coalition Fair Play Canada - Bell, Rogers et Quebecor - possèdent tous deux le contenu et les canaux de distribution pour celui-ci. S'ils ont les moyens et les fins sous leur contrôle, cela va certainement à l'encontre des principes fondamentaux de la neutralité du net, en ce sens que tous les contenus ou canaux de distribution ne sont pas traités de manière juste et égale?

Et ces craintes viennent avec une preuve; L'année dernière seulement, ces trois mêmes sociétés ont obtenu un mandat de perquisition civile pour (prétendument) interroger Adam Lackman, le fondateur de la bibliothèque de plugins TVAddons, pendant plus de 9 heures, et l'obliger par la suite à remettre des informations sur les utilisateurs. Avec ce type de précédent déjà établi, l'avenir du Canada’Les sites de torrent - et tout l'écosystème en ligne - semblent assez incertains.

Dites adieu à la liberté d'expression - financée par vos impôts

La création proposée d'une liste de sites Web interdits agite les militants des droits numériques dans le mauvais sens. En créant un blocage obligatoire pour tous les FSI, la liberté d'expression en ligne est discutable (selon Michael Geist, professeur et expert de l'industrie canadienne des télécommunications). Un manque de surveillance pourrait également entraîner des problèmes sur la ligne comme la définition de ce qui est bloqué des ballons au fil du temps. Le contenu et le discours légitimes pourraient finir par être censurés, violant ainsi le droit des Canadiens à la liberté d'expression et même les principes de neutralité d'Internet.

Selon un rapport 2017 de MUSO sur la piraterie télévisuelle mondiale, le Canada se classe au 8e rang mondial pour les visites de piratage, avec près de 1,9 milliard de visites de sites de piratage enregistrées en 2016. Malgré cela, les Canadiens utilisent des services juridiques (tels que Spotify et Netflix) de plus en plus, montrant que les civils sont prêts à payer pour la facilité et la commodité, bien que 12% du pays accède encore aux sites de torrent.

Un autre problème est qu'en introduisant cette nouvelle interdiction, le fardeau des contribuables pourrait être inconfortable - après tout, c'est de là que proviendra le financement étant donné que le CRTC est une entité publique. Si une agence anti-piratage était créée, elle aurait besoin à la fois d'outils avancés et de main-d'œuvre (peut-être un tout nouveau département) pour signaler les sites Web pour le piratage, sans parler du temps pour délibérer sur ce qui est considéré comme piraté et ce qui ne l'est pas.’t.

La solution: combattre l'interdiction proposée

Pour ceux qui veulent prendre position et reprendre du pouvoir, il y a quelque chose que vous pouvez faire. Pour retrouver la liberté d'expression en ligne et continuer à diffuser et à torrenter exactement de la même manière, la solution que vous recherchez est un VPN.

Un VPN est un réseau privé virtuel qui vous permettra d'accéder à tous les sites Web bloqués dans votre pays. L'accès aux sites Web sur liste noire est simple, car un VPN crypte en toute sécurité vos données Internet et modifie l'adresse IP de votre appareil. En utilisant un VPN, vous pouvez vous connecter à un serveur dans un autre pays où le site de streaming / torrent que vous recherchez est accessible.

Vous pouvez effectivement accéder à du contenu géo-restreint et le faire en privé - sans avoir à vous soucier que le gouvernement ou des tiers surveillent par-dessus votre épaule.

Brayan Jackson Administrator
Sorry! The Author has not filled his profile.
follow me